Noël contre la faim

Publié le 03.05.2011 • Mis à jour le 12.07.2017

nonmoijaime.com, un site original pour déclencher l’engagement citoyen et solidaire

Trois étudiants ont répondu à l'appel d'offre du CCFD-Terre Solidaire pour la réalisation de leur projet de fin d'études

Paris, le 3 mai 2011

A l’occasion des 50 ans du CCFD-Terre Solidaire*, 3 étudiants de l’Ecole des Gobelins**ont conçu le site nonmoijaime.com. Une expérience interactive scénarisée pour sensibiliser un public néophyte aux enjeux de la solidarité internationale et l’inviter à agir.

Le concept s’inspire de l’évolution des usages médiatiques et des réseaux sociaux.
Il détourne un symbole fort de Facebook : le bouton "J’AIME ", au sens galvaudé, en le transformant en un geste engagé :"J’AGIS". Un parcours qui invite l’internaute à repositionner ses choix de consommation individuels dans un monde marchand globalisé et à relayer le message.

Découvrir la face cachée de ce que nous aimons, basket, jean, voiture, gâteau, marguerite...et avoir envie de changer les choses : Aujourd’hui, plus que simplement aimer, il est indispensable d’agir. Mieux comprendre les injustices, exprimer sa solidarité, débattre...Autant de petites actions pour faire avancer les choses comme pour dire "non moi j’agis !".

Cet outil novateur élargit la palette des propositions pédagogiques proposées par le CCFD-Terre Solidaire dans sa démarche d’éducation au développement. Le site aborde sur un ton à la fois sérieux et humoristique les enjeux internationaux qui ont un impact sur le développement des populations des pays du Sud : souveraineté alimentaire, éducation, environnement, évasion fiscale...

Pour poursuivre l’information et s’engager, il propose des liens vers différents sites, plateformes et campagnes (Éthique sur l’étiquette, Sidi, Educasol, Aidons l’Argent, Les agrocarburants, ça nourrit pas son monde, BMA, Taxe Robin des Bois...)

Adresse du site : http://nonmoijaime.com/

Contacts :

Véronique de La Martinière : 01 44 82 80 64

* Première ONG française de développement, avec 40 millions d’euros de budget et 500 initiatives soutenues chaque année dans 70 pays du Sud et de l’Est, le CCFD-Terre Solidaire a acquis depuis 50 ans un savoir faire et de nombreuses références dans le dialogue avec les sociétés civiles de ces pays. Cette expertise est utilisée aujourd’hui dans de nombreuses activités de communication, de plaidoyer, et d’éducation au développement en direction du public français et européen, grâce à un réseau de 15000 bénévoles militants.

** École dédiée aux métiers de l’image, de renommée internationale. Trois étudiants ont répondu à l’appel d’offre du CCFD-Terre Solidaire pour la réalisation de leur projet de fin d’études.

S’informer

30 mai 2017

Lettre ouverte d’associations et institutions à Monsieur le Président Emmanuel Macron

À l’occasion de la refonte de la Directive européenne Accueil qui sera votée en juin prochain, nous demandons à ce que, conformément à la (...)

1er février 2017

« Aidons les enfants à échapper à la traite »

FDM n°297

La traite d’enfants touche les jeunes Béninois les plus pauvres du pays. Face à ce phénomène, Sindo, partenaire du CCFD-Terre Solidaire, met (...)

11 septembre 2015

Des ados sensibilisés aux parcours des migrants

Dans le cadre du partenariat Bouge ta Planète, le CCFD-Terre Solidaire s’est allié avec Okapi et Phosphore, deux titres du groupe Bayard, (...)

Nos projets

15 septembre 2017 ITECA

Haiti : La culture de la mangue m’a permis d’aller à l’école (témoignage)

Ovalson OVID a 24 ans et vit près de la ville de Gros Morne à Haiti. Il raconte tout ce que lui a permis de faire l’association locale (...)

24 février 2017 SEMS (Socially Engaged Monastic Schools)

En Birmanie, une école monastique ouverte à tous les enfants

À Hlaing Tha Yar, une banlieue très pauvre de Rangoun, un moine bouddhiste a ouvert une école monastique "engagée socialement". Gratuite et (...)

30 janvier 2017 Assesoar

Le rêve agronomique d’Ayrton au Brésil

Issu d’une famille de petits agriculteurs brésiliens dits "conventionnels", Ayrton Luis Rodrigues Freiré a choisi de se former à (...)